Parquets

Pose plancher cloué

Publié par mattlamenace il y a 2 mois

Bonjour à tous,

Je me projette à changer le plancher sapin de notre chambre par un plancher sapin neuf. Pose clouée sur solives. Seule différence : des lames de 14cm de largeur au lieu de 7 (épaisseur 23 mm, entraxe solives 37cm)

Voilà maintenant mes deux questions:
1) Pour faire une longueur de la pièce, j'aurai besoin de une lame et demi. La jonction entre les deux lames doit elle se faire sur une solive, de façon à ce que les deux lames appuient dessus ou l'emboitage des lames entre elles suffit-il? C'est-à-dire dois-je me préoccuper que chaque début de lame soit sur une solive ? Il me semble bien que l'emboitage des languettes suffit mais bon...


2) et là est ma vraie difficulté : il s'agit d'un plancher continu sur tout l'étage et, ensuite, les cloisons ont été ajoutées. Et le mur m'empêche d'atteindre la dernière solive et, de plus, s'agissant d'un plancher continu, il m'est impossible de le couper sous le mur.


La solution envisagée : couper le plancher au ras du mur, mettre deux tasseau sur les solives puis venir poser une dalle OSB coupée qui viendra au ras des solives. Ensuite je pose mon plancher dessus.
Si vous avez réussi à suivre, trouvez-vous cette solution pertinente? Avez vous d'autres suggestions ?
Merci beaucoup.

Passez un bon week-end

Ci joint un schéma de qualité médiocre. 

Merci encore à vous et à ce forum où, bien que naviguant en "sous-marin", je récolte souvent des infos précieuses.



Publié par mattlamenace il y a 2 mois

Je n'arrive pas à publier la photo de mon schéma, dsl.

Je vais réessayer

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 2 mois

1) La pose se fait à joints perdus, pas nécessaire de "tomber" sur une solive. En revanche, avec des lames Sapin en 140, vous avez intérêt à être très vigilent sur les humidités d'équilibre entre la pièce et le bois.

2) Cherchez où se trouve la solive la plus proche de la cloison, avec un peu de chance elle est le long ce qui vous permettrait de couper les lames dessus et de faire reposer les nouvelles en laissant un jeu. Si non, les solives étant parallèles à la cloison et si vous n'avez pas accès par la pièce à côté ou par dessous, la solution est de fixer des morceaux de contreplaqué sous la cloison pour y faire reposer les nouvelles lames, mais là, bon courage !

Publié par mattlamenace il y a 2 mois

Merci pour votre réponse.


La solive se trouve une dizaine de centimètres sous le mur en briques creuses. Je ne peux donc pas venir m'appuyer dessus ni couper le parquet.


Ma solution ressemble, si je ne me trompe, à la vôtre. Je coupe les lames le long di mur, je viens fixer un tasseau (taille?) sur la solive sous le mur et sous le bout des lames non coupées. Je mets un tasseau sur la solive la plus proche et je pose une dalle OSB sur les deux tasseaux. Celle-ci arrive à ras des solives et je pose dessus mon nouveau plancher.

Cela convient-il? Y a-t-il un risque pour le mur? Que la dernière lame ne tienne pas?


J'ai essayé d'être clair mais je doute du résultat !

Merci à tous d'avance pour votre aide!

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 2 mois

Certes, mais impossible de vous répondre, ce type de situation se juge sur place.

Publié par mattlamenace il y a 2 mois

Bonjour et merci de votre réponse.

Je comprends que tout cela se juge sur place en effet.

LA question que je me pose est : en coupant les lames de plancher (qui sont donc verticales au mur) au ras du mur, le mur en briques creuses sera-t-il fragilisé ?

Merci beaucoup !

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 2 mois

Théoriquement, une cloison, qu'elle soit maçonnée ou placo sur ossature métallique ne doit pas être portée par le plancher mais par le solivage sous-jacent, attendu que le dit solivage s'il est parallèle à la cloison, soit doit être renforcé à cet endroit ou soit des dispositifs (entretoises) ont été prévus pour répartir la charge sur deux solives consécutives.

Si ce n'est pas le cas et que la cloison n'est portée QUE par les lames à parquet, il est certain que de le couper entre deux solives peut se faire affaisser cette cloison.

Publié par mattlamenace il y a 2 mois

Merci Boisphile de vos réponses d'une grande précision et qui "respirent" une connaissance approfondie dans le domaine.

Donc, il y a risque si je coupe mes lames à ras et que la cloison en briques creuses repose sur le plancher.

Quand je soulève mon plancher, je ne vois qu'une solive qui suit la cloison. Comment faire pour m'assurer que les charges de la cloison sont bien réparties sur deux solives? Démonter le plancher et voir ce qu'il y a en dessous j'imagine ? Autre solution moins "saignante"? 

Il me semble que cette cloison qui se situe à l'étage fait plus de 8cm, contrairement aux autres cloisons en briques creuses de la maison. Est-ce un indice dans un sens ou dans l'autre?

Enfin, et cela fait beaucoup trop de questions, le fait que le mur ne repose sur rien de porteur sur une profondeur de 10cm et une longueur de 3 mètres ne gênerait pas si le mur repose bien en grande partie sur une ou deux solives?

Désolé de cette rafale de questions et merci par avance pour le temps passé à répondre à mes interrogations...et pour le temps déjà passé bien sûr.


Boisphile

Publié par Boisphile il y a 2 mois

A l'aplomb de cette cloison, y a-t-il où y a-t-il eu une cloison semblable ?

Briques pleines sans doute 10 cm mais que porte-t-elle ? Charpente ? 

Ce pourrait être une cloison porteuse ...............

Je ne peux pas répondre à vos question, ma boule de cristal est en réparation !!!

Publié par mattlamenace il y a 2 mois

Bonjour à et merci de votre réponse.

Effectivement il est très difficile de se prononcer simplement en s'appuyant sur mes mots. Ce qui me convainc dans vos réponses est que vous n'utilisez justement pas dans vos réponses de boule de cristal !

Pour faire bref,

1) A l'aplomb de ce mur, au RDC il y avait effectivement une cloison en briques creuses de 7 cm. Cloison qui a sauté voici bientôt 10 ans après avoir pris avis avec des artisans.

Détail qui a peut-être (sans doute?) son importance. Au RDC se trouve un mur porteur qui coupe la maison en deux et qui passe à la perpendiculaire en dessous de cette fameuse cloison.

2) oui, au dessus de cette cloison se trouve en effet des pièces de charpente.


S'agit-il d'une cloison porteuse, je ne sais pas... Elle pourrait supporter la charpente, c'est ce que vous voulez me signifier ? 


Merci à vous.

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 2 mois

A 71 piges, je commence à flairer ce type de situation !!! ........... De nos jours, les cloisons briques ne sont pas considérées comme étant porteuses, ce qui n'était pas le cas il y a 50 ans. Sans ma boule de cristal je vois bien l'artisan "qui sait" faire toc ! toc ! toc ! sur la cloison et de dire de manière très sur de lui : "Pas de problème, ce n'est pas une cloison porteuse !!!" 

Et maintenant vous êtres dans la M..de, parce que si vous coupe ce parquet qui répartit les charges sur plusieurs solives, le plus sur celles qui sont proches et de moins en moins en s'en éloignant, vous aurez droit (je ne peux pas vous dire quand) à un affaissement, sans doute progressif (c'est le propre du bois contrairement au métal) qui sera proportionnel  aux charges que reprend cette cloison.

En ce qui me concerne, je ne prendrais pas ce risque et je me contenterais de poser un parquet flottant le plus léger possible sur un feutre résilient pour éviter les grincements.

Désolé pour vous !

Publié par mattlamenace il y a 2 mois

Merci de votre réponse.

J'avais fait venir trois artisans et les trois m'avaient affirmé en effet qu'elle n'était pas porteuse après avoir sondé ladite cloison. J'ai lu par la suite en effet que les cloisons en brique creuse pouvaient devenir semi-porteuses avec le temps.


1)Ceci dit, peut-être que le mur porteur qui passe à la perpendiculaire du mur joue un rôle de soutien là-dedans? Car vos propos ont tendance à m'inquiéter... Si rien n'a bougé en 10 ans, cela doit signifier que les charges sont stables, non? Car même le plafond en lattis n'a pas bougé d'un poil (pas de fissures).


2) peut être aussi qu'il existe des entretoises que je n'aperçoit pas ?


2)Je comptais refaire mon plancher car il a subi une ancienne attaque de xylophages et je voulais vérifier l'état des solives en dessous.

Je penche donc pour la solution suivante : enlever et remplacer seulement les lames les plus abîmées, en profiter pour traiter les solives au pulvérisateur, poncer le parquet et lui mettre un traitement préventif et curatif au pinceau.

Suivant ce que cela donne un point de vue esthétique : vitrification du parquet ou pose d'un parquet flottant. Pourquoi dites vous "le plus léger possible ?"


Merci à vous pour vos réponses et je suis à l'écoute (et même en attente, étant d'un naturel inquiet) de tous vos conseils.

Bien à vous,


Boisphile

Publié par Boisphile il y a 2 mois

1) Oui, sans doute qu'un "équilibre" c'est créé, c'est ce qu'on appelle "l'effet système", sans doute qu'également le refend sous-jacent joue son rôle se support de solives ..........

Ce n'est justement pas le moment de rompre cet équilibre en fragilisant cet appui que forme le parquet actuel.

2) Des entretoises n'ont jamais solidifiées un plancher.

3) Avez-vous déjà remplacé une lame isolée de plancher ? C'est sportif avec l'assemblage rainure languette, bon courage ! Quand au poids, il va sans dire qu'il vaut mieux le limiter, mais force est de constater que c'est mieux en le disant !

Publié par mattlamenace il y a 2 mois

Pardon, je pensais avoir publié mon message mais cela n'a pas fonctionné (ou je m'y suis pris comme un pied). Je viens seulement de m'en apercevoir...


1) oui, j'ai déjà changé quelques lames et cela est un peu long en effet : je retire la lame défaillante jusqu'à une solive, je visse un tasseau sur ladite solive, je coupe la lame et je viens la poser sur le tasseau. Ensuite je suis obligé de clouer par dessus, je noie le clou, pâte à bois, teinte à bois pour être raccord avec les autres lames, vitrification.

2) pour les entretoises, je disais cela pour la répartition du poids du mur entre les solives, auquel cas mon parquet ne serait pas porteur.

3) j'ai bien compris que le mieux était de limiter le poids au sol mais je pensais que le poids au M2 du parquet flottant était moindre. Auquel cas, je mettrais du jonc de mer ou autre. Plus prudent?


Enfin, merci encore pour vos conseils. Il est incroyable que vous "cerniez" aussi bien la maison sans la voir, contrairement aux artisans venus sur place. Incroyable et inquiétant. Car, en faisant un devis, j'imagine qu'en cas d'acceptation, une garantie décennale se met en place...


Bravo à vous donc et je suis à l'écoute de vos conseils. 

Concernant l'effet système, j'ai (mal) cherché sur Internet et n'ai rien trouvé. Ce serait que les poids de répartissent "naturellement"?


Bien à vous et en m'excusant encore de ma réponse tardive


Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

pose nouveau plancher

Publié par Piotr

7 réponses
66 vues
0 like

Planché bois bâton rompu sur dalle béton (posé sur hérisson)

Publié par GGlaFouine

1 réponse
27 vues
0 like

Rénovation plancher

Publié par Alice

1 réponse
7 vues
0 like

PLANCHER TERRASSE TROPEZIENNE

Publié par Liomich

2 réponses
68 vues
0 like

Hauteur plancher mezannine

Publié par Artemis

0 réponse
15 vues
1 like