Charpente

charge maxi pour section donné

Publié par moi il y a 4 mois

bonjour, à tous.

connaissant la formule pour calculer une flèche d'une poutre sur deux appuis : pl3/48EI pour une charge ponctuelle ou 5pl4/384EI pour une charge répartie, je me demandais si en ayant toutes les données disponible, f=l/300, la portée, le module de young E et le moment quadratique I (donc section connue) on peux déterminer la charge maxi p ?

Dans l' espérance d'une réponse (!) A bientôt.  

Publié par KEVIN il y a 4 mois

Bonjour,


Non, un dimensionnement ne se fait pas dans ce sens.


En dimensionnement bois, il existe un coefficient kmod qui dépend notamment du type de charge et donc de sa durée d'action (charges permanentes, d'exploitation, neige, vent...)


De par ce fait, il n'est pas possible de dimensionner "à l'envers", tel que vous le souhaitez.

Publié par moi il y a 4 mois

Merci de la réponse.

mais même de façon empirique on ne peut pas déterminer la charge p maxi pour une poutre dont on connait la section?

Publié par KEVIN il y a 4 mois

Oui vous pouvez le faire, en consultant des abaques qui sont édités suivant des critères ELU et ELS bien précis (et que vous ne saurez sans doute pas interpréter)


En revanche ça ne vous servira à rien pour du dimensionnement.


C'est utile pour du pré dimensionnement, de l'approche.


Pour résumer, ne vous y essayez pas pour dimensionner la poutre de votre plancher.

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 4 mois

Non ! il y a aussi le kdef selon la classe d'emploi du bois, il y a son humidité, les % de charges permanentes et temporaires .............  Empirique = Apprenti sorcier = Pas ici !!!

Publié par moi il y a 4 mois

D'accord, je comprend mieux, merci Kevin,

Donc si je résume , je peux définir une section à l'aide des abaques, mais je dois ensuite vérifier si elle passe pour la flèche limite. 
Et je pense qu'il en est de même pour la rupture....

Si je veux connaitre la charge maxi pour une flèche donnée je suis donc obligé de faire " à tatons"? 


Mr boisphile si ma démarche vous ennuie ou vous parait trop "empirique" , je m'en excuse, je ne suis pas un sorcier confirmé comme vous sous entendez l'être, si le but de ce forum et de débattre entre initiés  confirmés dites le moi et je m'abstiendrais de vous déranger avec mes questions.

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 4 mois

Depuis plus de quinze ans que je réponds aux demandes qui sont faites, je pense avoir fais la preuve des possibilités qui vous sont offertes, il vous suffit de consulter les sujets et vous constaterez par vous-même que je ne suis pas avare de calculs et de conseils, mais je m'interdit de répondre à ce type de question trop vague.

En revanche, si vous avez un cas précis de plancher à calculer, ce sera avec plaisir.  

Publié par moi il y a 4 mois

je comprend,

je n'ai pas d'exemple concret sous la mains, cette question était pour "assouvir" ma curiosité, j'ai refait le plancher de ma maison il y a de ça quelques années sans me soucier du dimensionnement, et je n'ai pas eu de problèmes, mais je me suis souvent demander " quelle poids je pourrais mettre dessus" voila c'est tout.

Mais je peux inventer un exemple, juste pour la forme...


"Mr Ducéréalier possède une grange, composée d'un plancher bois. Son habitation se situe à l'etage sous cette grange.

le plancher de cette grange est composé de:

Solive épicéa massif classée c 24 à 18% d humidité,  de section 0.11mx0.22 m entraxe 0.5m portée 4m50

plancher voliges épicéa épaisseur 40mm. 


Mr ducéréalier gare sa remorque à grain qui pèse à vide 750kg, répartie sur 4 roues.

Il aimerait savoir qu'elle quantité de blé ( en kg) il peut mettre dans sa remorque et entreposer à l'abri dans sa grange le temps que l'orage d'été passe ( disons une nuit) et sans que les enduits de son fond plafond ne fendillent sous la charge ( parton sur une flèche maxi de l/300).


Comment faire pour aider Mr Ducéréalier?"


c'est un peu tiré par les cheveux mais je suis sur que beaucoup de "non initiés " se pose ce genre de question.




Publié par moi il y a 4 mois

Bonjours tous le monde,

Vu cet affreux silence je me permet de re réagir à sujet.


J'en déduis que au jour d’aujourd’hui , pour une section connue, on ne peut pas en déduire la charge maxi qu'elle pourrait supporter à un instant" t" ? sans parler d'une charge sur la durée.

C'est au final assez " frustrant "....

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 4 mois

Non, c'est sécurisant.

Si vous saviez le nombre de désordres résultant de dimensionnement d'ouvrages à partir d'abaques trouvés sur le net, et y compris entreprises, vous ne poseriez pas la question.

Quant à l'exemple bidon ci-dessus, il faut bien comprendre que le bénévolat à ses limites.

Publié par moi il y a 4 mois

Il y a une chose que je ne comprend pas, 

Par exemple pour les profilés métalliques type ipn ou heb, nous trouvons des abaques, qui sont fiables (?) normal allez vous me dire, on sais exactement quel comportement/composition à l'acier.

Mais pour le bois , on part bien d'une hypothèse de départ , la classe de résistance des bois ( C24 /C18) alors pourquoi les abaques seraient erronés? a moins que ce ne soit dut a une mauvaise interprétation? 

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 4 mois

Oui, nous connaissons à la perfection la résistance de NOS aciers et je précise bien NOS. Aussi quand on calcule une charpente en acier, les calculs sont fait à la limite. Raison pour laquelle dès qu'il y a plus de neige que prévu, où que les entreprises achètent des aciers à "ferrer les ânes" à l'autre bout de la planète, les charpentes s'écroulent.

Pour le bois c'est totalement différent dans la mesure où ce n'est pas un matériau parfait, que d'un arbre à les caractéristiques mécaniques peuvent varier et que cela entraîne à prendre des coefficients de sécurité. 

De plus, un même morceau de bois ne réagit pas de la même façon selon son utilisation, flexion, traction, compression voire même des combinaisons, selon son taux d'humidité, le taux d'humidité de là où il est employé et en fonction des pourcentages de charges permanente et temporaires et fonction également des durées de ces charges, instantanées, cour terme, moyen terme, long terme et permanentes.

Là aussi, raison pour laquelle les abaques sont "des bouteilles à l'encre" puisque dans la plus part des cas, on ne connait pas les hypothèses de calculs et que leur utilisation doit être faite avec prudence et surtout pas pour un dimensionnement.

Quelques exemples, une panne de couverture ne travaille pas de la même façon si elle est posée d'aplomb ou déversée. Il y a quelques semaines j'expliquait que les toitures en chevrons porteurs ne devait rien au hasard et par exemple selon comment sont posés les dits chevrons, la panne faîtière peut voir sa charge multipliée par deux (toiture 45°).

Pour les poutres, beaucoup pensent que pour diminuer la section d'une poutre, il suffit de poser un appui supplémentaire et que du coup, les trois appuis se partagent les charges. NON, c'est faux, c'est l'appui milieu qui reprend le plus (62%) et les deux appuis d'extrémités seulement 19 %. Du coup, cela augmente significativement le cisaillement et l'effort tranchant au point d'appui milieu, ce qui oblige souvent à conserver une largeur suffisante à la poutre pour absorber ces efforts et du coup en surdimensionnant cette poutre.

Bref ! Il n'y a pas de mystère, tout cela n'est pas si simple et ce n'est pas sur le net où dans "système D" qu'on apprend à monter une maison en bois, a faire une charpente ou monter un plancher qui, je le rappelle sot des ouvrages de structure dont les calculs ne doivent rien au hasard et à l'approximation et cela, même pour des professionnels.Parce qu'en tant qu'Expert, ce sont bien des professionnels que je rencontre et non des particuliers et dont certains sont pourtant des "pointures" et là, j'en revient à ma panne faîtière plus haut.

Parce que, en expertise, quand j'ai expliqué cela au charpentier, (pourtant un bon que je connais) il est tombé sur le cul et son BE aussi.

J'arrête là en espérant avoir apporté ma pierre à l'édifice de la prudence et de la sagesse, tout en rappelant que plus on sait et moins on affirme et que si le sage ne dit pas ce qu'il sait, le sot ne sait pas ce qu'il dit.

Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

Poids maxi supporté par une poutre en lamellé collé

Publié par brumarj

1 réponse
288 vues
0 like

Calcul charges sur pannes...

Publié par nico82

10 réponses
84 vues
0 like

Charge admissible solive

Publié par dino

10 réponses
147 vues
0 like

Renforcement plancher pour aquarium / charge

Publié par Papissant

10 réponses
100 vues
0 like

Conseil sur sections poutres et sections d’olives

Publié par Kmille

4 réponses
28 vues
0 like