Parquets

Poser un parquet sur un plancher non-plan

Publié par Max il y a 1 mois

Bonjour, 


je vous explique le contexte: j'ai fait refaire le plancher du premier étage (poutre maitresse + 2 muralières+ solivage + OSB) cela fait déjà une bonne année. j'en suis maintenant aux cloisons et je commence à regarder de plus prés pour poser le parquet quand je m'aperçois que le plancher n'est pas plan! je mesure un écart d'environ 1.5/2 cm entre le point le plus haut et le point le plus bas. En analysant un peu je pense que la poutre maitresse n'était pas alignée avec les solives (légèrement plus haute) et du coup on sent une "bosse" au milieu de la pièce qui suit la poutre...


je vais appeler mon charpentier pour avoir son avis, mais dans tous les cas je ne me vois pas recommencer mes cloisons je vais donc devoir faire avec.


Je vois 2 possibilités pour poser mon parquet (massif)

a) soit je pose sur lambourdes en rattrapant les écarts, mais alors comment faire une rupture du pont phonique? et j'ai peur de perdre encore plus en hauteur

b) je fais une petite chape sèche ~2cm, je pose une couche résiliente (1cm de liège)  je recouvre d'OSB 18mm et je pose le parquet cloué dessus

je penche actuellement plutôt vers la solution (b) qui me parait plus facile pour obtenir un sol plan


et ca m'amène évidement pleins de questions :)

 1)  est-ce qu'il existe une autre solution  (moins chère ou plus simple à tant faire)?

dans le cas (b):

2) quel matériaux est le plus adapté pour faire une chape sèche?

3) vaut-il mieux une seule couche d'osb 18mm collées sur les bords ou peut-on croiser 2 couches de 9mm vissées entres elles? Avec les difficultés d'appro en bois, il est difficile de trouver des dalle 18 rainurées à un prix correcte


merci de vos réponses.



Boisphile

Publié par Boisphile il y a 1 mois

Réponse, oui, mais miracle, non.

1) Je pense que dans un premier temps, il serait bon de vérifier la structure du plancher. Pour cela faites un plan dimensionné avec les portées, les entraxes et sections. Vérifiez bien que les petites rives des dalles de plancher sont bien posées et fixées sur les solives et assemblages collés au mastic colle.

2) Poser du liège puis un autre OSB dont les épaisseurs sont constantes ne changera rien, vous reportez le problème 25mm plus haut, mais la déformation sera toujours là.

3) Si des cloisons ont été posées, vérifiez bien que celles qui sont parallèles aux solives sont bien soutenues par des entretoises et non par les panneaux.

4) Poser des lambourdes avec calage peut être une solution, mais elles doivent être perpendiculaires aux solives sous-jacentes et être calées et fixées à chaque croisement avec une solive, ce qui nécessite un repérage précis et minutieux du réseau de solives.

5) Dans TOUS LES CAS, on ne croise JAMAIS deux couches de panneaux (particules ou OSB) dans la mesure ou résistance et module d'élasticité sont du simple au double entre le sens long et le sens travers.

6) Enfin, je pense indispensable de vérifier les arases supérieures entre solives et poutre. L'entreprise doit une garantie décennale et il est encore temps de négocier, si tant est qu'elle l'accepte, dans la mesure où vous avez implicitement réceptionné et donc accepter ce plancher en posant des cloisons.

7) A vérifier également la présence ou non d'un film pare-vapeur sous le solivage s'il y a une cuisine, buanderie ou SDB au RCH.

Voila quelques pistes avant de prendre une décision, les choses n'étant pas si simples, de plus, il faudra peut-être réfléchir plutôt à un plancher composite en pose flottante qu'un plancher massif cloué.

Publié par Max il y a 1 mois

Bonjour Boisphile,


Merci pour votre réponse riche d'informations!


1) je tente de décrire le plancher pour la partie structure:

2 muralières portée 500cm, Section=35x10

1 poutre maitresse portée 500, section 35x28

14 solives de chaque coté entre une muraliere et la poutre (sections 16x8), avec une portée entre 230 et 260 au plus long (la poutre n'est pas centrée par rapport aux muralières)

si ce n'est pas clair, je peux essayer un vague croquis avec Paint

je suis à peu prés sûr que les petites rives ne tombent pas toujours sur une solive (l'entraxe n'est pas un multiple de la taille du panneau)


2) oui je suis d'accord : c'est pourquoi je propose une chappe sèche (avec un granulat d'égalisation type Fermacell)

 je remets à niveau je recouvre avec un panneau liège et panneaux OSB en pose flottante collés sur les bords

 je peux en suite poser un parquet cloué ou collé sur mon osb il me semble?

 

3) il n'y a pas d'entretoises de posées , mais  heureusement quasiment toutes les cloisons sont perpendiculaires aux solives

je n'ai qu'un bout d'une longueur de 1,5m environ qui suit une solive


4 et 5) merci je ne connaissais pas ces contraintes

-> la pose de lambourdes dans ces conditions me semble un vrai enfer


6) je compte effectivement leur faire constater le défaut pour a minima obtenir un geste commercial

j'avais lu qu'il existe une tolérance de 1/200 dans le cas d'un plancher bois (soit ~1cm dans mon cas) : ai-je bien compris?

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 1 mois

1) Aucune raison pour les muralières d'être en 100 x 350. De quelle façon sont elles fixées ? OK pour la section de la poutre. Pour les entraxes de solives Maxi 500, mais sections correctes. En revanche, la pose de l'OSB n'est pas correcte, les petites rives doivent OBLIGATOIREMENT être supportées.

2) Oui, je confirme mon point 4 précédent.

Extraits du DTU 51-3 (Commission dont je fais partie):

5.1.5 Exécution des ouvrages

5.1.5.1 Appuis

Les lames à planchers, planches ou panneaux doivent reposer sur 3 appuis au moins.

L’entraxe des solives doit être un sous-multiple de la longueur des panneaux retenus et éventuellement de celle des lames pour que les petits côtés de ceux-ci soient supportés.

L’épaisseur des lames à planchers, planches ou panneaux est déterminée en fonction de l’entraxe des solives et des charges à prendre en compte. Voir Annexe A.

Les lames et planches sont mises en oeuvre bord à bord (pose dite jointive) et à joints décalés.

Les panneaux sont posés à joints décalés (pose dite à coupe de pierre).

Selon la nature du revêtement de sol, ils sont posés :

— à bord jointif, cas des chants rainurés, dans ce cas, les dalles constituant le plancher d’une même pièce sont disposées de telle manière qu’un espace de 10 mm soit prévu sur toute la périphérie de la pièce et éventuellement aux zones de fractionnement.

— avec un jeu entre chaque panneau, cas des chants droits,

dans ce cas un joint de l’ordre de 1 à 1,5 mm par mètre dans les deux sens est prévu à la périphérie de chaque panneau.

Dans tous les cas, les rives des panneaux parallèles aux appuis doivent reposer sur un support continu. Les rives perpendiculaires doivent être soit supportées, soit usinées et assemblées, afin que la jonction entre les panneaux permette la transmission des charges et satisfasse aux conditions de résistance prévues en partie courante.

NOTE En dehors de l’obligation (5.1.3.1), il est conseillé de coller les panneaux entre eux.

Le recouvrement sur les appuis doit être de 18 mm au minimum, 20 mm étant conseillé.

En raison de l’impératif de pose à coupe de pierre, la pose sur deux appuis est exceptionnellement admise sur des petites surfaces.

5.1.6 Tolérance de l’ouvrage terminé

5.1.6.1 Planéité

Après «replanissage» des lames à plancher et des planches ou ponçage éventuel des joints entre panneaux et ponçage de l’emplacement des têtes de clous ou de vis, les planéités générales et locales de la paroi plancher doivent assurer aux revêtements un support lisse, exempt de flèches ou bosses, de rigidité et de dureté convenables.

La planéité est jugée satisfaisante lorsqu’une règle de 2 m posées en un endroit quelconque ne révèle pas de flèche supérieure à 5 mm.

Publié par Max il y a 1 mois

merci pour votre retour

Les muralières sont scellés dans les murs (les mêmes mur que la poutre maitresse), il n'y a pas de reprise de charges dans le mur parallèle aux muralières (je sais pas si c'est clair, n'hésitez pas si ce n'est pas le cas). La maçonnerie en moellons de pierre grossièrement équarries rendait complexe le scellement de corbeaux je présume


du coup j'en conclu que mon plancher n'est pas conforme au DTU

1) Quelles sont mes possibilités? la mise en conformité implique la dépose je suppose donc la destruction des cloisons de l'étage...

2)  Quels sont les risques de laisser en l'état?

je suis peut-être à coté du panneau :) mais il doit y avoir ~35cm entre 2 bords de solives, le risque de rupture me parait faible?

2bis)Est-ce que la réalisation d'une chape sèche et d'un plancher flottant ne permet-elle pas d'étaler les charges et d'amoindrir ce risque?




Boisphile

Publié par Boisphile il y a 1 mois

Si vous n'avez pas pris la précaution de préciser par écrit sur le contrat le strict respecte des normes en vigueur, vous n'avez aucun recours, la seule obligation de l'entreprise est une obligation de résultat, les normes ne sont pas d'application obligatoire. De plus, vous avez posé des cloison, donc vous avez implicitement accepté l'existant. Le risque potentiel se situe au niveau des assemblages en "H" majuscule entre deux solives. Un doublage en plaques de plâtre ou Fermacell et un parquet flottant serait de bon aloi. 

Publié par Max il y a 1 mois

Merci pour votre implication!
je pars sur l'idée d'un doublage pour le moment

affaire à suivre :)

Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

Insecte non identifié

Publié par Garoux

3 réponses
0 vue
0 like

Poser panneaux marqueterie avec languettes séparées

Publié par JejeNantais44

10 réponses
0 vue
0 like

Avis sur plancher réalisé sur entrait porteur non conforme au dtu

Publié par Guillaume

3 réponses
0 vue
0 like

Pose parquet sur plancher bruyant

Publié par Flo

5 réponses
0 vue
0 like

Fermette comble amenageable ,oui ou non .rassurez moi!

Publié par Maligator

3 réponses
0 vue
0 like