Parquets

Résistance actuelle des solives plancher grenier

Publié par anna f il y a 7 mois

Bonjour, 

Grand classique : je vais transformer des combles en un grand espace dortoir, dans un bâtiment ancien de 100 à 200 ans. 

Solives : 8 X H11cm

Entraxe : 53 cm 

Portée : 275 cm 


Je souhaite créer un plancher dit "léger" : 

. Pas de revêtement de sol

. Pas de faux-plafond 

. Pas de cloisons 


Je pense qu'il faut renforcer mais je souhaiterais recueillir vos avis sur la question :) 

Merci d'avance ! 

 AF





Boisphile

Publié par Boisphile il y a 7 mois

Il s'agit néanmoins d'un plancher habitable.

Vous dites que la portée des solives est de 2750, cela me fait penser à des entraits de ferme qui supportent ces solives, il faut en dire plus voire poster un plan et/ou une photo.

Publié par anna f il y a 7 mois

Plancher habitable : Oui, oui tout à fait ! 

La portée de 2750mm est ben celle d'une poutre à l'autre. 

Voici un plan ( fait rapidement depuis mon boulot...) . La surface de plancher serait en effet de : 6,30m X 5,50m, sachant que les pointillés représentent les poutres, et que le plancher à utiliser occupe deux trames. 

Les deux zones hachurées se situent sous rampants et ne sont pas circulables (Hsp de 130 à 70 cm). 
J'espère que ces données complémentaires seront suffisantes. 

Cdlt

AF 


Boisphile

Publié par Boisphile il y a 7 mois

J'ai bien peur en effet que ce que vous nommez des poutres sont en réalité des entraits de fermes pour lesquels il faudra préciser la section, mais des entraits de ferme ne peuvent pas supporter un plancher habitable.

Publié par anna f il y a 7 mois

Rebonjour,
En fait, je cherche à savoir s'il faut renforcer le solivage. 
Pour les poutres, le calcul de renfort est déjà quasi fait. 

Bonne journée ! 

AF 

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 7 mois

Je suis désolé, mais si ce que vous nommez des poutres, sont en réalité des entraits de ferme, je confirme que des entraits de ferme ne sont pas porteur de plancher dans la quasi totalité des cas.

Je n'ai donc pas le droit de vous donner des information sur le solivage tant que je n'aurais pas d'information sur la nature exacte de ces "poutres". 

Publié par anna f il y a 7 mois

Ah d'accord. 

La poutre centrale fait 25x34H

Les deux autres poutres font : 22x24H, surmontées par un chevron de réhausse de 8XH11

Voila les données sur les poutres (ou entraits de ferme ?) 

AF


Boisphile

Publié par Boisphile il y a 7 mois

Il est certain que pour cette portée, ces poutres sont insuffisantes, certes, mais ce n'est pas le problème, cela ne dit pas si ce sont des poutres en tant que telle ou des entraits de ferme, c'est-à-dire des pièces de charpente.

Parce que si tel est le cas, les charges de toiture et climatiques vont se cumuler avec les charges de plancher, ce qui ne sera pas possible.

Publié par anna f il y a 7 mois

Je vous joins un schéma pris sur le net sur lequel j'ai ajouté le sol à étudier ( écrit en orange). Il repose bien sur une poutre (écrit en orange) et non sur une entrait de ferme, à mon sens. 

Cdlt

AF

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 7 mois

OK! Très bien, nous repartons sur de bonnes bases !

Je prends pour hypothèse de calcul une pièce habitable avec plafond, plancher, cloisons et revêtement de sol.

Concernant les deux poutres latérale de section 240 x 220 de portée 6300 - Flèche sous charge L/140 et taux de flexion à 88 % pour une déformation attendue à terme de l'ordre de 30 à 40 mm.

Concernant la poutre centrale qui reprend le plus de charges de section 250 x 340 de portée 6300 - Flèche sous charge L/136 et taux de flexion à 95 % pour une déformation attendue à terme de l'ordre de 30 à 40 mm.

Concernant les solives de section 80 x 110 de portée 2750 - Entraxes 530 - Flèche sous charge L/175 et taux de flexion à 70 % pour une déformation attendue à terme de l'ordre de 10 à 15 mm.

Manifestement, ce plancher n'a pas été prévu pour réaliser des pièces habitables au sens où non l'entendons de nos jours.

En ce qui concerne les solives, de toute façon les entraxes ne correspondent pas aux dalles courantes et il aurait fallut les remplacer par des 75 x 150 avec entraxes de 500 pour OSB 3 en 2500 x 675 x 22 mm.

En ce qui concerne les poutres, objectivement, je ne vois pas trop bien comment renforcer des poutres de ces sections et de cet âge, sauf à les soulager par un poteau si tant est que le plancher puisse accepter une charge concentrée permanente de 2750 kg sur une petite surface soit en gros près de 28 kg/cm².

Publié par anna f il y a 7 mois

Merci merci pour ces informations précieuses.

Bonne soirée,

AF 

Publié par anna f il y a 2 mois

Bonjour, mon projet avance et maintenant, le sujet porte sur le renfort d'une panne. 


Le bâtiment, R+1 et combles, vieux de 200 ans environ, présente des façades en briques foraines. 3 poutres principales parallèles aux façades supportent les planchers et le toits, sur une portée de 6,30mSachant que je vais rendre les combles habitables, un BE est passé et a fait ses calculs. 



Concernant les charges (en kg/m²) de toiture


Toit :

tuiles

=

50

Neige

=

35

 

Volige

=

16

 

 

 

 

Chevrons

=

15

 

 

 

Isolation + faux-plafond

=

15

 

 

 

 

 

g =

96 kg/m²

 

q =

35 kg/m²


                                   

Chevrons

EDL : 8 x 10 ht   entraxe 45 cm   L = 2,85 m

 

Pour la panne faîtière et l'une des deux pannes intermédiaires : pas de souci. 

Pour la 2e panne intermédiaire appelée "Panne 3", il y a débat ! 


Panne 3

EDL : 2 tronçons appuyés sur 2 poteaux chargent la poutre Po 3 du plafond de l'étage. (Cf. Plan)

 

Les solutions préconisées :

1.     Le BE a commencé par suggérer de renforcer la poutre P03 du plancher de l’étage avec 1 UPN 200 de chaque côté.

 

2.     Suite à l’avis du BE, le charpentier a ensuite fait remarquer que :

> “Les chevrons sont continus de la panne faîtière au mur sablière, la panne est juste intermédiaire et ne reprend donc pas la totalité de la charge.

Il ajoute que la tuile mécanique classique Romane, en place actuellement, est deux fois plus légère que la tuile canal.”

Ainsi, pour une question de mise et œuvre, de coût et d’esthétique, le charpentier a suggéré de moiser les deux tronçons de la panne 03 avec une poutre en bois continue plutôt que de mettre en œuvre des UPN sur la poutre du plafond de l’étage.

 

Question 1

. Quelle charge au final pèse sur la panne 3 du fait que celle-ci est une panne intermédiaire et du fait que les tuiles romanes sont deux fois plus légères que la tuile canal ?

 

Question 2

. Quelle section minimum faut-il prévoir pour la poutre (portée 6,30m) qui permettrait de moiser la panne 3 en boulonnant la nouvelle poutre aux deux tronçons de la panne existante ? 

Je m’en remets à vos avis éclairés

Bonne journée,

AF

 




Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

quel résistance peut avoir mon plancher en chêne

Publié par pierrick

1 réponse
75 vues
0 like

Solive et plancher qui s'affaisse

Publié par ptithomme

1 réponse
488 vues
0 like

Renforcement entrait retroussé pour pose plancher grenier

Publié par Arlas

0 réponse
0 vue
0 like

Rénovation de plancher, solives suffisantes ?

Publié par cedric1030

2 réponses
104 vues
0 like

Structure plancher poutre/solive/OSB

Publié par Draune

3 réponses
334 vues
0 like