Les surélévations en bois

Chargement du player vidéo en cours, si rien ne se passe vous devrez très probablement installer la dernière version d'Adobe Flash.

Transcript →
20 Oct 2011 - 
1 2 3 4 5  (40 votes)
 - 8856 vues

Ludmila Pernot : Nous sommes à Montreuil dans un quartier pavillonnaire de maisons plutôt modestes, et vous pouvez apercevoir au fond une surélévation que nous avons réalisée, toute en bois, qui se fond assez bien dans le paysage.

On a cherché à harmoniser le projet de surélévation avec la maison existante en travaillant sur la couleur, ce ton miel, d'un bois thermo-huilé, et un aspect non raboté, assez brut, qui ressemble à la meulière qui est laissée brute également.

Ludmila PERNOT est architecte. Il y a quelques années, elle a constaté qu'il n'existait pratiquement plus de surfaces constructibles en Île-de-France. Elle a donc décidé de se spécialiser dans la surélévation de bâtiments, un concept architectural en plein essor et très encouragé par les communes saturées d'habitants.

Ludmila Pernot : Le client est venu me voir avec une demande donc d'agrandir sa maison, parce que ses enfants grandissaient et ils avaient besoin de beaucoup plus de place. Tout de suite moi j'ai proposé la surélévation, compte tenu de toute façon du terrain on ne pouvait pas faire autre chose que surélever.

Nous avons retenu le bois comme matériau pour exécuter cette surélévation, pour des raisons évidentes de légèreté, qui évitent évidemment des travaux de reprise sur les fondations, mais aussi pour sa capacité à être préfabriqué et donc à avoir un temps de chantier très réduit, ce qui est très important dans le cadre d'une surélévation où on enlève la toiture du bâtiment existant, donc il n'est plus protégé des intempéries, et donc il faut avancer très vite.

L'idée était tout d'abord de conserver l'identité de la maison, donc on a juste enlevé la toiture, on a conservé la forme des deux pignons. On a cherché à réutiliser toute l'épaisseur de la maçonnerie en meulière, c'est-à-dire qu'en bois on n'a pas besoin de tant d'épaisseur, donc on s'est dit dans la différence d'épaisseur, ça serait intéressant d'avoir des rangements. Et de là est venue l'idée de la maison meuble, qui est un peu le concept de cette maison.

Sur tout l'étage, on est frappé par les nombreux panneaux de bois : étagères, meubles, murs, tout semble conçu à base de lamibois ou de contreplaqué. Et il ne s'agit pas simplement de décoration. Les murs-étagères font partie des structures porteuses du bâtiment.

Ludmila Pernot : Et donc ce qu'on voit ici, ce sont des portiques, et les étagères, certaines sont amovibles, certaines sont fixes, et constituent les entretoises, c'est-à-dire les raidisseurs entre les portiques du bâtiment. Nous sommes ici dans le salon de musique, donc cette pièce était demandée par les clients, ils sont quatre musiciens, et il fallait donc d'une part une bonne isolation par rapport au reste du bâtiment, et également une bonne qualité acoustique à l'intérieur de la pièce.

La bonne isolation, oui, a été relativement simple, étant donné que la surélévation est totalement désolidarisée de la maison existante, on est sur un plancher flottant, on a utilisé les caissons et également un panneau perforé pour rétablir une bonne qualité acoustique de la pièce.

Merci à Ludmila Pernot pour sa participation. Réalisation, enquête, journaliste, montage et mixage : Antonin Molino. Image et son : Pierre Grillot. Producteur : Fabrice Papillon. Production exécutive : Scientifilms.

Les surélévations en bois

Ajouter un ou plusieurs étages à sa maison est devenu une solution de prédilection pour gagner de l’espace habitable dans une zone à forte densité de population. C’est le cas à Montreuil, où Ludmila Pernot présente sa dernière réalisation : un pavillon familial qui a été agrémenté d’un étage supplémentaire, entièrement réalisé en bois. Rapidité d’exécution, liberté architecturale, mise en valeur du bâti préexistant, amélioration de l’isolation et des consommations énergétiques… les avantages sont nombreux pour cette pratique architecturale qui est désormais favorisée par les collectivités territoriales.

Fiche technique

  • Reportage : septembre 2011
  • Lieu : Montreuil (Seine-Saint-Denis)
  • Avec : Ludmila Pernot, architecte pour l'agence Andrieu - Pernot Architecture